Découvrez Quels Sont Vos Dons Spirituels en 5 Minutes

Bonjour à toutes les précieuses personnes qui constituent mon lectorat, je vous remercie sincèrement d’être là. J’espère que vous allez super bien et que vous êtes prêts à découvrir de nouvelles choses.

Depuis quelques temps, je suis animée par un esprit de curiosité vis-à-vis de tout ce qui a un trait avec la spiritualité. J’avoue que cette obsession à vouloir percer ce mystère m’a conduite à la lecture et l’étude de la bible (lol). Plus je mène mes balades dans les versets, plus je me dis que les enseignements qui y sont donnés ne sont pas si irrationnels qu’on peut le croire mais au contraire reflètent clairement les situations de notre vie quotidienne.

J’ai découvert récemment une notion que je trouve assez importante : il s’agit des dons spirituels. Chacun d’entre nous a au moins déjà entendu parler d’une personne clairvoyante qui peut prédire l’avenir, d’une personne dénommée « le sage » à cause de son habileté à prodiguer des conseils atemporels, d’une personne qui délivre des mauvais esprits ( mdrr) Bref ce genre de trucs quoi.

En fait cette notion vient éclairer nos lanternes au sujet de toutes les questions que nous nous posons aux sujets de ce type de personnes.

1) Définition

Un don spirituel est une manifestation de l’esprit, une capacité dont dispose une personne à faire des choses par son esprit. En d’autre terme, il s’agit d’une aptitude surnaturelle à accomplir une tache pour autrui.

N.B : Il est important de ne pas confondre un don et un talent bien qu’ayant sensiblement les mêmes définitions. Un talent est une aptitude monétisable qu’on utilise au service des autres. Elle peut s’acquérir par l’apprentissage, l’observation, et la familiarisation avec une personne exerçant l’activité pour laquelle nous sommes doués. Par contre un don est une aptitude qui n’est pas toujours monétisable mais qui s’utilise également  pour le bien commun. Plus explicitement, un talent peut être inné ou acquis alors qu’un don ne peut être acquis ; il est inné à chaque Homme.

2) Les différents types de dons

Il existe une multitude de dons spirituels mais je ne saurais les lister totalement. Aujourd’hui Je ne parlerai que des 9 dons les plus connus tels que mentionné dans le livre 1 Corinthiens 12.

a) les dons vocaux

Il s’agit des dons qui ont besoin de la bouche pour s’exprimer. Nous en dénombrons trois (3) :

  • Le don de prophétie : est une aptitude à édifier, exhorter et consoler une personne de façon spontanée. Un prophète n’est pas celui qui prédit les choses qui n’existent pas, c’est une personne qui sous l’inspiration divine vous affermit, vous encourage et vous réconforte.  Par exemple : Si vous vous trouvez dans une situation de stress, de dépression et une personne vient vous dire que vous êtes la lumière du monde, le sel de la terre puis ajoute que vous allez conquérir des nations. Alors là il s’agit d’une prophétie car elle fait référence au but  de votre venue sur la terre ; vous êtes ici pour occuper l’espace par votre chaleur.
  • Le don de la diversité des langues : il s’agit d’une aptitude à parler plusieurs langues. Attention : Cela ne veut pas dire parler les langues pour lesquelles vous avez été formé.
  • Le don de l’interprétation des langues: ce n’est pas un don de traduction comme le croirait certains (lol). Il s’agit d’une aptitude à pouvoir extraire le message central d’un discours. Lorsqu’on analyse attentivement nos interactions avec les autres, nous nous rendons compte qu’il  y a des personnes avec lesquelles nous n’avons pas besoin de discourir longtemps pour qu’elles saisissent le fond de notre pensée ; des personnes avec lesquelles au bout de 5 minutes écoulées à lui expliquer un projet, elle a déjà compris les tenants et les aboutissants de celui-ci.

b) les dons de révélation

  • Le don de la parole de connaissance: C’est une aptitude à pouvoir définir le passé, le présent et le futur caché d’une situation sans avoir d’information au préalable. Attention : cela ne veut pas dire que la personne qui l’a possède la science infuse et est autosuffisant.
  • Le don de la parole de sagesse: C’est une aptitude à toujours se sortir des situations compliquées sans avoir vécue une expérience similaire auparavant.  Attention : Cela ne veut pas non plus dire que la personne qui l’a, possède toute la sagesse et n’a pas besoin des conseils des autres.
  • Le don de discernement des esprits: En évoquant ce don je me dis au fond de moi qu’il est  inné en tout Homme ; car nous sommes tous dotés d’un sixième sens, d’une intuition qui ne manque pas de nous interpeller à chaque fois qu’une circonstance / personne est  bonne ou mauvaise.  Il se définit  comme étant la faculté d’une personne à discerner  le type d’esprit qui agit.

c) les dons de puissance

  • Don de guérison : c’est une capacité à guérir d’autres personnes. Ce don est très courant dans la vie de tous les jours. Il y a des personnes qui connaissent le médicament de telle ou telle maladie sans avoir jamais été dans une école de médecine pour se former.
  • Don de foi: c’est une aptitude à délivrer (comme je disais plus haut…) et manifester la puissance. Par exemple : une personne qui se retrouve au fond du gouffre et parvient à conserver la foi qui lui permettra de voir sa situation transformée.
  • Don de miracles: l’aptitude à faire des choses qui dépassent l’entendement humain. A ce niveau, j’ai envie de dire que tout le monde possède ce don car en se référant à nos origines qui nous explique que nous sommes des dieux et des déesses nous avons forcement la capacité d’accomplir les mêmes exploits que notre divinité. « Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais et il en fera de plus grandes » Jean 14 :12

En poursuivant les recherches dans le livre de Romain 12:6  on parle du don de secourir, don de l’enseignement et du don de gouverner mais comme j’ai dit plus haut je ne saurai tous les énumérer mais je vous  exhorte à faire d’avantage de recherches sur le sujet si vous le trouvez intéressant.

3) Comment découvrir ses dons spirituels ?

Puisqu’il ne s’agit pas d’une science exacte , il n’y a pas de méthode qui soit universelle.  Chaque individu vivant sa spiritualité à sa façon, je préfère parler ici des suggestions d’attitudes à adopter pour découvrir ses dons :

  • Être attentif à ce que vous êtes en train de faire à chaque instant: c’est-à-dire s’évaluer à chaque fois pour détecter ce que vous êtes capable de faire sans effort et de manière totalement indésirée.
  • Écouter la voix des autres : il est clair que notre environnement joue un grand rôle dans notre connaissance de soi. Donc souvenez-vous de ce qui se dit généralement de vous lorsque vous faites une action quelconque.
  • Faire beaucoup de méditation / beaucoup prier pour ceux-là qui croient en Dieu

Avant de ranger l’encre dans le tiroir , j’ai envie de repréciser quelques éléments :

  • Chacun d’entre nous possède des dons qui sont différents les uns des autres c’est-à-dire que si votre père a un don de discernement rien ne stipule que vous l’aurez également.
  • Avoir un don ne veut pas dire être extraordinaire
  • Un don est destiné à servir au bien être de votre communauté et non à vous en prévaloir.
  • Un don sert à témoigner la magnificence de votre créateur que vous incarnez sur terre.
  • La connaissance de vos dons vous aide à mieux vous déployer dans vos différentes taches.

Bon voilà,  Je vous souhaite à tous bon courage sur le chemin de la découverte de vos dons. Surtout restez humble et très concentré sur vos objectifs. A bientôt, pour un nouvel apprentissage.

Le secret pour améliorer toutes vos relations : La Théorie du Miroir

« Mon patron est dure avec moi mais c’est bizarre il réagit différemment avec une autre personne ».  « Ma femme, je ne la comprends pas malgré tous mes efforts elle est toujours sur la défense ». Autant d’expressions et d’expériences que nous avons déjà vécues et qui révèlent en fait le manque de connaissance et de sagesse pratique dans la construction d’une bonne interaction avec son environnement.

 La théorie du Miroir est un concept en psychologie née dans les années 1990 dans le sillage des études sur les neurosciences sociales (Etude de l’être humain vis-à-vis de son entourage, par IRM).   En effet, elle stipule que la construction de notre identité personnelle se produit à travers la captation de soi dans d’autres personnes ; c’est-à-dire que nous trouvons chez autrui notre reflet  réprimé par le subconscient. Ainsi en partie, ce qui nous déplait chez les autres nous déplait aussi chez nous. Il faut préciser ici qu’il ne s’agit pas seulement des faits et gestes ou alors le comportement immédiat qui est révélé mais bien plus de l’être et les mauvais traits de caractère qui se reproduisent chez l’autre est simplement une résultante.

Pour simplement la comprendre, disons que Lorsque vous vous regardez dans un miroir et que vous y voyez un aspect de vous qui vous dérange – comme par exemple, le fait de trouver votre corps disgracieux, de voir des boutons sur votre visage, d’avoir une peau ridée – cela ne vous viendrait certainement pas à l’esprit de jeter votre miroir ou de le briser car vous savez que cela ne changerait rien aux aspects que vous venez de constater en vous. C’est pourtant ce que nous faisons la plupart du temps lorsqu’une personne nous dérange. Elle est notre miroir mais nous rejetons ce que nous voyons en elle et qui est pourtant notre reflet.

Ayant compris cela, nous comprenons le sens de cette expression « Deviens le changement que tu souhaites voir autour de toi ». En tant que leader, employé, dans nos relations nous devons impulser le changement chez nous même, être exigeant envers nous-même et accepter de faire les compromis nécessaires qui nous permettront de nous adapter. Car comme on dit en anglais « It’s not all about us »

Rédigé par BRICE SAMBOU

 

Quelle différence y-a-t-il entre la spiritualité et la Religion ?

 La Religion et la Spiritualité sont deux notions  aux connotations littéralement  opposées  mais  considérées comme un amalgame par le grand nombre de personnes. Êtes-vous un être spirituel, religieux ou un spirituel-religieux ? Au terme de cet article vous y répondrez personnellement avec une conscience plus éclairée.

1) La religion

La religion est une doctrine  enseignée au sein des groupes / communautés  qui s’attache à certaines pratiques et croyances  en vue de glorifier une puissance divine. Cette divinité peut prendre le nom de Dieu, Bouddha, Krishna, Allah…selon qu’on se retrouve dans la religion Chrétienne, Bouddhiste, Orthodoxe, Islamique…Etc.

Cette doctrine s’axe sur un ensemble de règles dont le point focal est la soumission et l’obéissance absolue prétextant que le non-respect de celles-ci conduirait ses membres tout droit vers l’enfer. Ces enseignements se  retrouvent généralement  dans un livre Saint (bible, coran, etc).

2) La Spiritualité

Par essence le mot spiritualité renvoi à l’esprit. Chaque homme étant constitué du corps, de l’âme et de l’esprit l’homme est naturellement un être spirituel.

La spiritualité quant à elle est un enseignement qui est centré sur soi, une démarche qui vise à l’élévation du niveau de conscience. Elle ne s’appuie sur aucune forme de règles si ce n’est à l’écoute de notre voie intérieure dans le but de devenir des lumières pour nous même.

3) La religion et la spiritualité

On rencontre également des personnes qui appartiennent à une religion et qui sont très éveillés spirituellement. Il est clair que ces personnes ont su concilier les bienfaits de chacune de ces disciplines pour en tirer pleinement les bénéfices.

a) Les points de convergences

  • Elles visent le bien-être de l’homme: d’une manière ou d’une autre elles amènent l’Homme à poser les actes qui lui sont bénéfiques.
  • Elles rassemblent les êtres vivants: car les deux vous explique votre liaison avec  le monde en mentionnant clairement que  nous formons tous UN, nous sommes un TOUT.
  • Elles sont fondées sur une croyance: la religion vous fait croire en un être suprême et la spiritualité en votre propre puissance.

b) Les points de divergences

  • La spiritualité est question d’AMOUR, la religion une question de PEUR : Dans les religions on parle de fautes et de péchés alors que la spiritualité encourage à « vivre dans le présent » et de ne pas ressentir de remords pour ce qui s’est déjà manifesté.
  • La Religion se base sur l’expérience des autres, la spiritualité s’appuie sur vos propres expériences : dans les sanctuaires religieux, on préconise l’adoration d’une divinité à laquelle l’on doit absolument s’identifier alors que la spiritualité vous encourage à explorer vos propres pensées.
  • La religion est dogme, la spiritualité est liberté d’esprit : La religion a un ensemble dogmatique et incontestable de règles qui doivent être suivies sans être remises en question. La spiritualité vous invite à raisonner, à questionner sans cesse, et à découvrir les conséquences de vos actions et d’en assumer les conséquences.
  • La religion est dépendance aux rites, la spiritualité est indépendance : Pour être considéré comme un bon religieux il faut prendre part à ses évènements systématiques (Baptême, Confirmation, retraite, Sainte Saine …etc) alors que le spiritualisme vous montre que vous n’avez ni à dépendre d’un rite pour être heureux

Parvenu au terme de cet article, j’espère que vous pouvez à présent répondre à la question posée plus haut qui était celle de savoir la catégorie à laquelle vous appartenez concernant ces deux disciplines.

N.B : Je serai très heureuse d’avoir votre contribution sur le sujet puisque dans ces domaines la compréhension est propre à chacun.

Rédigé par Isis NGUTJOL.

Notre Vie N’attend Plus Que Nous

Beaucoup d’entre nous attendent toujours quelque chose : nous attendons de trouver le partenaire idéal; nous attendons d’avoir un meilleur emploi; nous attendons notre retraite; nous attendons un enfant. Nous attendons d’avoir la « chance » enfin de faire ce que nous aimons. Nous attendons… et pendant ce temps-là, notre Vie passe…

Et si c’était plutôt notre Vie qui attend après nous?
Peut-être qu’il est enfin temps maintenant :
De mettre en marche la réalisation de ce rêve que nous portons dans notre cœur depuis si longtemps, plutôt que d’attendre que toutes les conditions soient favorables;
De régler cette relation qui traîne plutôt que d’attendre que l’autre fasse les premiers pas;
De résoudre ce conflit qui s’éternise plutôt que de rester campé sur nos positions, où toutes les parties sont perdantes;
De changer d’emploi plutôt que de se faire violence en occupant des fonctions où nous ne nous réalisons pas;
De prendre les moyens pour guérir de nos blessures plutôt que de les fuir dans l’alcool, le travail, les drogues, la consommation, et autres dépendances;
De faire les changements nécessaires dans notre vie pour nous permettre d’être plus heureux, plutôt que d’espérer que ces changements viennent d’eux-mêmes;
De prendre son bonheur en main, plutôt que de souhaiter être heureux un jour;
De faire le ménage dans notre vie et dans nos relations, plutôt que de continuer à tolérer des situations et des personnes qui nous tirent vers le bas plutôt que de nous élever;
De faire plus de ce qui nous plaît dès aujourd’hui et moins de ce qui ne nous plaît pas;
De commencer à prendre soin de nous plutôt que de toujours nous oublier dans nos relations avec les autres;
De mettre du positif dans notre vie plutôt que de nous plaindre qu’il y a trop de négatif autour de nous;
D’être soi-même une personne qui sème la joie de vivre plutôt que d’attendre d’en rencontrer une;
De se prendre en mains plutôt que d’attendre que quelqu’un règle nos problèmes à notre place;
De changer soi-même ou de faire d’autres choix plutôt que d’attendre que l’autre change;
De devenir plus conscients de nos pensées, de nos actes et de nos décisions plutôt que de filer sur le pilote automatique et se réveiller un jour en nous demandant où est passé notre Vie;
D’écouter cet élan de Vie en soi plutôt que de subir sa Vie.

Notre vie nous attend. Elle est prête, elle, depuis toujours, à collaborer à notre bonheur.
Mais trop souvent, nous sommes là à attendre qu’elle fasse le boulot à notre place!
Assumons ce que nous sommes et ce que nous voulons.
Nous ne sommes pas sur terre pour attendre. Nous sommes sur terre pour VIVRE.
Alors, que ferez-VOUS aujourd’hui, concrètement, pour prendre votre Vie en mains? Quel premier pas pouvez-vous faire dès maintenant pour améliorer le reste de votre Vie?

Diane Gagnon

Cameroun : Les habitudes imposées par la saison pluvieuse

Fini le soleil radieux et ardent dont la ville de Douala à le secret. Depuis le mois d’Avril,  à tout heure elle vous surprend, vous imposant ainsi des douches imprévues où vêtements et sous vêtements font partie de la fête.

Un nouveau style vestimentaire est alors au rendez-vous pour contrer la boue et les flaques d’eaux formées ci et là. Les bottes, les chaussures en caoutchouc ou même en plastiques sont de plus que sollicitées par les citoyens au grand bonheur des agents de distribution. Blousons imperméables, pull-over,  pantalons jeans et vêtements de couleur sombre redeviennent subitement à la mode.

23795755_510066499369886_5845335273641218647_n

Marque de Vêtements du 237

En plus de porter des vêtements épais, certaines femmes ne se séparent plus de leur écharpes qu’elles attachent soigneusement autour du cou comme pour copier le style adopté dans ces pays occidentaux où l’on voit tomber du ciel une poudre blanche  (mdrr, ca laisse qui ?). Mais la gestion des coiffures ayant souvent values une somme considérable reste un véritable problème. Entre les plastiques non dégradables, les chapeaux de bain et les foulards, sous lesquels se retrouvent constamment leurs tignasses, les démangeaisons et les odeurs s’en suivent rapidement.

IMG-20180719-WA0012

Crédit photo : Murielle DAMY

Que dire alors des perturbations électriques parfois dues à l’écroulement de nos poteaux de bois,  au milieu desquels vivent en colocation termites et charançons. L’obscurité constitue ainsi une opportunité pour les âmes malintentionnées qui n’ont plus qu’à visiter les endroits servant d’abri aux noctambules semi-arrosés par la pluie.

Le code de conduite se transforme., les exigences routières deviennent alors un  souvenir lointain. Les moto-taximens munis de leur parapluie très souvent insignifiant face à la pression de ces ondées, sillonnent les rues  et profitent pour ajouter aux tarifs habituels les taxes dont ils ont eu même fixés l’assiette et la liquidation. Dure dure la vie ! (bien sur il faut profiter de la faiblesse des autres pour s’enrichir, ou bien ?)

IMG-20180719-WA0010

Crédit Photo : Murielle DAMY

Les vendeus(e)s à la sauvette de nos marchés populeux, qui installent généralement leurs marchandises sur des petites étagères en bois sont  obligées de faire des grandes bâches en plastiques  leurs objets fétiches pour la protection de leurs marchandises.

pluie

Crédit Photo: Murielle DAMY

Nos consœurs / confrères résidant dans les quartiers aux conditions précaires,  tous désespérés,  contemplent constamment  les cieux en l’acculant de mille et une questions sans réponses  ; car la pluie  dans son élan de folie aurait arraché toit et plafond de leurs habitats ou les aurait retrouvés dans leur chambre à coucher par absence des drains.

la belle etoile

CopyRight : Facebook

 

 

La direction principale des populations devient les pharmacies car ces averses viennent toujours bien accompagnées des petites maladies comme le rhume,  le paludisme,  la toux sans bien sûr oublier la splendide anophèle qui profite pour se multiplier et transmettre son virus.

IMG-20180719-WA0016

Crédit Photo : Murielle DAMY

Enfin, le régime alimentaire se trouve un peu modifié avec l’apparition des safous , des avocats , des arachides et du maïs frais qui font saliver plus d’un par leur charme irrésistible.

36527951_10212024213309749_7914978608827858944_n.jpg

CopyRigt : Facebook

Rédigé par Shana SOBZE

Gérer le stress : 05 astuces pour y arriver

Le stress, ce mot qui fait peur et « stresse ». Certains diront comme à l’habitude dans le langage populaire : l’Africain ne connait pas le stress. Le stress est un trouble psychique et organique qui résulte d’un traumatisme. C’est donc le résultat d’un choc. Il faut que l’on sache à cette définition que ça peut arriver à tout le monde. La seule chose qui fait que ce mal soit méconnu et ignoré c’est la confusion que les gens font souvent au sujet du stress. Dans un contexte comme le nôtre, l’on a tendance à toujours minimiser certaines choses. Le stress fait malheureusement parti de ces choses.

« Gestion du stress » et non « lutte contre le stress ». Comme l’a dit Jean KRAKOWIECKI, on ne lutte pas contre le stress. On apprend soit à le prévenir (s’y préparer), soit à le gérer.

Étant une chose quotidienne qui peut arriver à n’importe qui (nous-mêmes ou un proche), nous avons fait une liste (non exhaustive) des choses à faire afin de bien gérer son stress.

1) La relaxation et la méditation

La relaxation est l’état où aucune pensée ne vient troubler le psychisme. C’est une méthode qui permet de détendre ses muscles périphériques et interne. Elle permet aussi d’atteindre un état de conscience modifiée et ainsi permettre une sorte d’évacuation mentale. Une relaxation avant une activité comme le sommeil permet d’augmenter la rentabilité de celle-ci.

Image1

La méditation ou prière pour d’autres religions permet d’atteindre le calme mental et d’avoir un bien-être psychique. Le bien-être psychique et mental conduit à celui physique. La méditation consiste en une concentration sur un point précis ou sur soi. Elle vise entre autre la paix intérieure ou l’apaisement mental.

2) Le sport, la danse et le yoga

Le sport est un ensemble d’exercices physiques et mentaux. Il permet d’aérer le cerveau, une bonne circulation sanguine et aussi une oxygénation fluide. Il permet d’améliorer la concentration et le développement de la confiance en soi. La pratique du sport fait travailler le système cardio-respiratoire et facilité l’évacuation de la tension nerveuse.

Image2

La danse est aussi une sorte de sport mais qui en plus contient une dose de préférence. Elle agit plus dans la prévention mais aide aussi d’une manière non négligeable à la gestion du stress. L’activité physique et les règles de synchronisation de la danse, alliés à l’épanouissement finale, sont des bons moyens de gestion du stress.

Le yoga, cet art qui combine calme mental et détente physique, conduit à une certaine connaissance de son corps et d’aboutir à une respiration complète. Certaines formes de Yoga conduise au bien-être mental et concerne le psychisme.

3) Les activités manuelles

Le jardinage, la cuisine, le bricolage et tant d’autres sont des activités qui permettent une certaine détente et l’amélioration de certaines qualités dont la concentration. La détente ici n’est pas à être prise au sens strict. Ces activités permettent de ne pas se focaliser sur soi, ses problèmes pour un laps de temps.

Image3

Pendant ces activités manuelles, le subconscient remplace le conscient dans la recherche d’éventuelles solutions. Cela a de bien d’être un moyen de gérer le stress mais aussi d’en profiter pour satisfaire une curiosité ou ses hobbies. Les activités manuelles permettent de réorienter le plein d’énergie résultant du stress.

4) Le sommeil et le pardon

Ne dit-on pas que le sommeil est réparateur ? Le stress étant un dysfonctionnement du corps, quoi de mieux qu’un bon sommeil pour récupérer. Le sommeil la récupération de l’énergie physique dépensée via l’évacuation des tensions accumulées. En plus, il permet aussi au cerveau de se ressourcer, de restructurer les souvenirs et faire le plein d’énergie pour la journée suivante.

Le manque de sommeil à plusieurs conséquences dont le manque de concentration. Cette dernière va accroitre le niveau de stress ou même le créer. La solution est donc d’avoir une bonne nuit afin de bien gérer son stress. De la qualité de notre nuit, dépendra celle de notre humeur et de la journée même.

Image4

Le pardon est le fait de tenir une offense ou une faute pour nulle et renoncer à punir les responsables. Le pardon est libérateur et toutes les religions le prône pour le développement spirituel. Le pardon est un acte capable de réduire les différents malaises de l’Homme. On dit souvent que celui qui est capable de le pratiquer, augmente l’estime de soi et l’espoir pour le futur.

5) La bonne relation de couple

Il sera bien de préciser qu’il s’agit de relation saine pas de celle à dos de hérisson (J). Que personne ne se sente indexer, ce qui importe ici est que la relation de couple permette de bien gérer son stress. Une relation de couple qui va bon train permet deux choses :

  • Bien gérer les conflits en rapport à la vie de couple ;
  • Apporter son soutien dans les moments difficiles.

Le second point est le plus important pour les cas de stress. A moins que ça ne soit un stress collectif, la bonne relation de couple permettra à l’un des partenaires d’apporter son soutien à l’autre et l’aider à gérer son stress.

Image5

La présence de l’un des partenaires est utile afin de surmonter le stress. On dit souvent que les problèmes se partagent dans un couple, c’est exactement le cas avec le stress. Le rapprochement dans un couple est un moyen très efficace alors que de voir un(e) adversaire en votre partenaire, voyez un(e) allié(e)J.

6) La bonne communication

Communiquer c’est échanger des informations. La communication est en elle-même une chose très intéressante et utile. Elle permet pour la gestion du stress d’améliorer la relation avec les autres et de tirer le meilleur. La bonne communication est celle qui conduit un résultat aussi positif que voulu.

Il est à noter que la communication, mal utilisé peut aussi mener à une situation pire que la précédente. Pour le cas de la gestion du stress, il sera préférable d’analyser avant d’utiliser la communication au risque d’aggraver la situation.

Image6

La communication est importante parce qu’elle ressort dans la plupart des moyens évoqués dans cet article. Communiquer c’est apprendre d’autrui. Le stress est un état qui n’épargne personne et le partage d’information dans ce sens peut s’avérer utile. Au même titre que cet article, la communication aidera plus d’un à surmonter le stress.

7) Le lien social

Le lien social est l’ensemble des relations qui unissent des individus faisant partie d’un même groupe. Il peut être représenté par beaucoup de situations à la fois (famille, amis, association, travail…). Ce qui importe ici est qu’une personne bien entourée est plus à même de surmonter le stress qu’une autre qui ne l’est pas. La famille, les amis et les personnes qui nous aiment font partie de nous et partagent leur énergie avec nous.

Image7;

Le lien social agit comme un modérateur de stress. Plus l’on appartient à un groupe stable et soudé, plus la gestion du stress se trouve facilité. La présence des autres est galvanisante et le concerné puise l’énergie du groupe pour faire face au stress et le surmonter.

Le stress est un dysfonctionnement, causé par une situation extérieure, qui peut arriver à tout le monde. Les moyens pour le gérer sont divers et peuvent variés selon les préférences de chaque personne. Ce qui importe c’est de l’accepter comme tel et chercher à y remédie

Par  Joé Dez

Les trois portes de la sagesse : Laquelle vous y mènera ?

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage. « Éclaire-moi sur le Sentier de la Vie » , demanda le Prince

« Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. »

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire « CHANGE LE MONDE ». « C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas. » Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant,

Mais l’apaisement du cœur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui résistèrent. Bien des années passèrent. Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ». « C’est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise ». Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire « CHANGE LES AUTRES ». « C’était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d’amertume et de frustration. » Et il s’insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent. 86

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » ;« J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ». « C’est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise ». Et il disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte où figurait ces mots « CHANGE TOI TOI-MÊME ». « Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il. Et il entama son troisième combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses

Imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Après bien des années de ce combat où il connut quelques succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « j’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas à briser. » « C’est bien, » dit le Sage. « Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de me battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise. » « C’est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d’aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. » Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la troisième porte et s’aperçut qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait « ACCEPTE-TOI TOI-MÊME. » le Prince s’étonna de ne pas avoir vu cette inscription lorsqu’il avait franchi la porte la première fois, dans l’autre sens. « Quand on combat on devient aveugle, se dit-il. » Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu’il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi-même, totalement, inconditionnellement. »

« C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la troisième porte. » À peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut « ACCEPTE LES AUTRES ». Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu’il avait aimées comme celles qu’il avait détestées. Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il s’était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux sage. « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » demanda ce dernier. J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement. » « C’est bien, dit le Vieux Sage. C’est la seconde Sagesse, tu peux franchir à nouveau la deuxième porte. » Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut « ACCEPTE LE MONDE ». Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C’était pourtant le même

Monde qu’autrefois. Était-ce le monde qui avait changé ou son regard ? Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n’est ni triste, ni gai. Il est là ; il existe ; c’est tout. Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en faisais. J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. » C’est la troisième Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde. » Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l’habita. « Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence.» Et le Vieil Homme disparut.

texte proposé par Françoise Laurent

La ville de Kribi au Cameroun : Un diamant qu’on sort progressivement de terre

Propre ,fraîche, belle , elle sent la détente à plein nez. De son esprit très différent des autres villes , elle est idéale lorsque vous voulez changer de cadre et faire de nouvelles rencontres ; car elle accueille chaque weekend plusieurs personnes d’origines diverses venues chercher l’apaisement dont seule cette ville a le secret. Où se rendre une fois que vous êtes à Kribi ? Nous vous donnons deux indices au travers de cet article .

1)  Les chutes de la Lobé

 Ici, les plages sont interminables. On y trouve un grand hangar sous lequel vous pouvez vous asseoir tranquillement , regarder les vagues qui se forment au dessus de l’eau  et les chutes se verser à forte pression dans l’océan.

11

Lorsque la marrée est basse (en saison sèche), il apparait  comme une île à quelques mètres de la plage.

12

vous avez Juste besoin d’une pirogue pour vous y rendre et  vous amuser dans l’eau ou au bord.

faire un tour en bateau _n

Marcher au bord de la plage, foulant pieds nus son sable blanc et fin , le vent doux vous caressant légèrement la peau , une sensation de liberté et de libération que vous devez absolument expérimenter (surtout à deux).

au milieu_n

2)  Le Débarcadère

 Grand hangar construit au bord du fleuve , il abrite plusieurs grands chefs  dans le domaine culinaire  qui se chargent de faire expérimenter aux visiteurs les délicieuses saveurs d’un poisson fraichement sorti de l’eau.

13

Parce qu’il offre la possibilité au client d’observer tout le processus de péché ,  de choisir lui-même son poisson parmi ceux recueillis du filet , puis de le conduire personnellement vers le grillage de son choix pour la cuisson , ce restaurant est de loin l’un des meilleurs de la ville de Kribi.

14

Une large gamme de choix vous est offerte entre le  capitaine, la raie, la saule, les crevettes, les huitres, le crabe et le bar pour permettre à chaque régime alimentaire de s’y retrouver. Une fois la cuisson terminée , vous êtes servis à table avec comme compléments les plantains / pommes frites ,ou la patte de manioc attachée dans les  feuilles de bananiers communément  appelée « miondos » ceci selon votre convenance.

lionnel n

Pendant la dégustation , c’est  comme un festival gustatif dans votre bouche, une explosion de saveurs, ash le goût de ça! La cuisine est tellement bien faite que vous y reviendrez certainement après la première expérience. En plus du vent  qui vous facilite la digestion , l’ambiance qui y règne est très décontractée , tout le monde se lâche pour passer un bon moment.

Kribi , Kribi , Kribi ! nous pouvons affirmer que , le  charme de cette ville balnéaire  réside dans le fait qu’elle ne  cesse de se développer et faire grandir son côté touristique tout en préservant  la nature qui l’entoure. Avant de quitter les lieux ,  rendez vous dans les boutiques de souvenirs  pour emporter quelque chose de cette magnifique aventure.

22

N’hésitez surtout pas à prendre énormément de photos ,  respirez un grand coup et rendez- vous lundi pour votre routine habituelle .

Rédigé par Isis NGUTJOL