Émotions et santé physique : l’impact des émotions négatives sur notre organisme

      Une émotion est un état affectif caractérisé par des troubles divers. Tout au long de notre vie, chaque acte posé, chaque envie ressentie émane d’une  certaine émotion. Ces émotions ne se limitent pas au niveau psychique et psychologique, elles ont aussi un impact sur notre corps et notre organisme. Aujourd’hui nous allons principalement parler de deux d’entre elles : la tristesse et la colère.

(c) Pixabays

1) La tristesse

Pour mieux définir la tristesse, il convient de visualiser une de vos scènes quotidiennes. Imaginer la peine que vous ressentez lorsqu’on vous annonce qu’un être cher est passé de vie à trépas, lorsque votre amour de toujours vous tourne le dos, lorsque vos résultats scolaires sont limites catastrophiques ou votre vie professionnelle bat de l’aile.

  • La tristesse dans son état premier

Comme toute émotion, ressentir de la tristesse est normale. Le cœur souffre silencieusement ou à chaudes larmes. On perd toute joie, l’on a du mal à croire ce qui nous arrive, nous sommes limites perdus,…

  • La tristesse chronique

Le problème survient quand la tristesse perdure. On n’arrive pas à la surmonter. On se laisse noyer dans son chagrin, ne voulant rien y faire. Persuadé quelque part qu’on le mérite un peu.

Cet état d’esprit va jouer sur nos productions hormonales. On observera alors :

– un trouble de production du cortisol : hormone intervenant dans la régulation de la glycémie et de la pression sanguine. Ce trouble entraine des cardiopathies, des maladies pulmonaires et hépatiques.

– une diminution de la sérotonine, une hormone jouant un rôle important dans la régulation de l’anxiété, de la douleur. L’hôte devient alors dépressif, obsédé par certaines choses et est susceptible de développer des troubles divers.

Aussi le sujet peut présenter des comportements à risque. A la recherche d’un certain équilibre, pour fuir sa réalité, il va se réfugier dans la consommation des stupéfiants, l’inactivité, l’isolement. La perte d’appétit peut devenir une anorexie ou encore on va faire face à un cas d’obésité.

2) La colère

En psychologie la colère est considérée comme une émotion secondaire à une blessure physique ou psychique, un manque, une frustration.

  • La colère dans son état premier

Quand nous sommes en colère et qu’on s’énerve , nos muscles se tendent et le sang circule plus lentement. La colère s’attaque à une partie précise du corps : le tronc et l’estomac.

  • La colère chronique

Comme dans la plupart des réactions émotionnelles, on a une augmentation de l’adrénaline dans les artères carotides. Ceci augmente les risques de crises cardiaques et d’AVC.

Le sujet peut développer la gastrite, la dermatite, l’arythmie, les dommages hépatiques dues à l’augmentation de la sécrétion biliaire.

De plus, une émotion en cache une autre. La colère peut ainsi mener à la rancœur, la haine, le ressentiment, l’amertume, le désespoir, la tristesse récurrente. Ces émotions qui sont elles aussi des canevas vers plusieurs maladies. Aussi, si elle n’est pas maitrisée, la colère peut rendre violent.

3) Les autres émotions

Anxiété, crainte, rage, chagrin et j’en passe, chaque émotion s’attaque à une partie précise du corps. Elles ont toutes un impact sur le fonctionnement hormonal et la résistance du système immunitaire du corps ; et s’avèrent dangereuses à long terme.

Comme on l’a dit  plus haut une émotion peut en cacher une autre et presque toutes convergent vers le stress, cette réaction de l’organisme qui à elle seule ferait un sujet de thèse.

Être affecté par une perte, une déception, un mal est une réalité presque incontournable mais en souffrir est un choix. Ne laissez donc plus vos émotions vous mener par le bout du nez.

Soyez heureux !

Rédige par Isis NGUTJOL

Les 05 langages de l’amour : Découvrez quel est le votre

L’amour est sans aucun doute le plus beau sentiment qui existe sur cette terre. Mais en raison de l’unicité de chaque être,  son expression est particulière d’une personne à l’autre. Il y’a des langages de l’amour qui sont plus vulgaires  et plus compris que d’autres ; ce qui explique pourquoi certaines personnes ignorent tout l’amour qu’on leur porte.

J’ai commencé à faire cette remarque à l’âge de 12 ans dans mes relations parentales. A ce moment-là, je regardais la série Hannah Montana sur Disney Chanel et je voyais à chaque fois Billy Ray prendre sa fille dans ses bras, lui répéter combien il l’aime, lui témoigner de son soutien indéfectible pour ses projets futurs, manifester sa fierté de l’avoir comme fille, ….etc

A chaque fois, cette scène suscitait en moi beaucoup d’émotions et de questionnements car, je n’avais droit aux câlins de mon père que très rarement, il ne m’avait jamais dit qu’il m’aimait encore moins qu’il me soutiendrait quoiqu’il arrive, mon père ne m’aimait – il donc pas ? N’était –il pas vraiment mon père ? Pourquoi autant de froideur ?

En silence, j’essayais de trouver des réponses à mes questions jusqu’au jour où j’avais eu le courage m’abreuver auprès de maman.  Ma mère, cette femme au sourire permanent savait si bien raviver la flamme dans mon cœur avec ses « petits – noms » qu’elle prononçait avec une telle tendresse.

Il faut dire que Hanah Montana m’avait laissé beaucoup de séquelles 😂😂😂😂

– Ma poupée

– Oui maman

– Viens s’il te plait, je veux t’envoyer à la boutique

– J’accourus vers elle toute souriante, en me disant au fond de moi c’est le moment ou jamais de mettre fin à mes inquiétudes

– A mon retour de la boutique, je m’installai à coté de maman et subitement je devins un peu pâle

– Muuuu , qu’est ce qui ne va pas ?

– Maman, pourquoi papa ne m’aime pas comme toi ?

– Un peu stupéfaite, Pourquoi tu dis ça ?

– Je m’empressai de lui faire part de toute les remarques énoncées plus haut

– L’expression de son visage était semblable à celui d’une personne qui venait d’entendre une bonne blague

– Je l’observais, attendant désespérément une réponse

– D’une voix grave et sourde, je ne sais pas d’où tu sors cette idée de ta tête, mais ton père t’aime à sa façon.

N.B : On sait tous que lorsque maman change de voix c’est pour mettre un terme à la conversation et malheur à toi, si tu entreprends une quelconque initiative pour la poursuivre.😂😂😂

Elle refermait donc cette conversation, non pas en ayant apporté des éclaircissements à mes préoccupations mais en ayant ouvert un champ vers des questionnements encore plus grands. Que voulait – elle dire par « ton père t’aime à sa façon » ?

Il m’a fallu beaucoup d’années à étudier les moindres gestes de mon père, pour me rendre compte que cet homme était un parent africain au sens large du terme. Il avait en effet beaucoup d’affection pour moi mais, il l’exprimait avec son langage.  L’enfant hybride que j’étais, 60 % Occidentale (à cause des médias qui m’entouraient)  et 40 % Africaine (parce qu’après tout c’était dans ce continent que je résidais)  s’attendait à ENTENDRE « Ma fille, je serai toujours là pour toi, tu es si précieuse à mes yeux …etc » alors que mon père lui s’attelait à le DÉMONTRER.

Chaque action qu’il posait à mon endroit témoignait de toutes ces paroles qu’il ne prononçait pas. Il faisait même des compromis dans sa vie pour que je sois bien, mais sans dire un mot ! Quelle autre définition de l’amour cherchais- je ?😭❤

Récemment, lorsque je lisais le livre de Gary Chapman, les langages de l’amour  j’ai pu mieux comprendre les choses et j’ai pensé qu’il était important de les partager avec mes lecteurs adorés 😊.  L’objectif est de vous amener à reconnaitre et à apprécier l’amour qu’on vous témoigne au quotidien. D’après cet auteur, il existe 5 langages de l’amour :

1) Les paroles valorisantes

En fait cette première forme d’expression est la plus répandue et je dirai la plus Occidentale.  Elle regroupe les compliments, les encouragements, les déclarations verbales, les petits surnoms….en gros toute les paroles positives qu’on peut prononcer à l’endroit d’une personne. 

(c) Iwaria

2) Le contact physique

Je sais qu’il  y’en a parmi vous qui vont directement penser au sexe en lisant cette seconde forme d’expression (lol) En fait , Il s’agit des légères caresses , des câlins , des étreintes ,une légère tape à l’épaule ou au dos , des baisers, ….etc. L’on est naturellement enclin à vouloir toucher les êtres qu’on aime. Imaginez – vous que vous voyez un chien bien poilu, bien dressé et tout propre, immédiatement vous aurez envie de lui faire une caresse en guise de votre affection. Le chien à son tour qui aura compris votre langage, vous le rendra soit en balançant sa queue, soit en essayant de balader sa langue sur votre main.  Si vous êtes une personne sensible au toucher, alors ceci est votre forme d’expression de l’amour.

(c) Pixabay

3) Les cadeaux

Il s’agit d’offrir un cadeau qui fera plaisir à la personne qui le reçoit car il correspondra à ses gouts, à ses souhaits, voir même à ses besoins.  Une personne qui vous offre un tel cadeau a pris la peine de se renseigner sur vous, de comprendre vos « non-dits » surtout ici en Afrique où la communication est axée sur les ‘je ne veux pas’ qui laisse sous-entendre les « je veux ».

(c) Iwaria

4) Les moments de qualité

Il y’a cette catégorie de personnes qui se plaint tout le temps de votre absence. Cela se traduit souvent par ces phrases « tu es tout le temps occupé, tu ne cherches même pas à me voir, tu penses que discuter par téléphone c’est suffisant ? » en gros par les plaintes qui laissent sous –entendre ce besoin. Pour ce langage , il peut s’agir d’un moment d’intimité dans un endroit calme, ou vous ne faites rien d’autre que discutez, vous écoutez, vous regardez, vous accordez toute votre attention. Tout comme il peut s’agir d’une party ciné, d’un voyage …bref de tout moment partagé ensemble. Généralement au bout de ces moments jaillissent une complicité qui s’était dissimulée.

(c) Pixabay

5) Les services rendus

Bizarrement, beaucoup de personnes considèrent ce facteur pour acquis au point où ils n ‘en discernent plus la pertinence.  Prenons un exemple : vous avez une amie avec laquelle vous vivez une belle relation fraternelle depuis 5 ans et aujourd’hui vous avez besoin d’un service. Elle vous le rend et vous êtes incapable de dire « Merci » parce que vous vous dites, « elle est obligé de le faire, nous sommes amies ». Oh que NON ! Elle l’a fait parce qu’elle vous aime et  qu’elle souhaite vous faire plaisir. Valorisez son action et montrer lui que vous avez été sensible à cette belle marque d’amour.

(c) Iwaria

Il est vrai que ces signes sont les témoins de l’amour, mais il y’a des personnes diplômées dans l’art du mimétisme, qui peuvent parfaitement les reproduire sans pour autant être sincères. C’est à chaque personne d’en jauger l’authenticité.

Dites-moi, comment exprimez-vous votre amour ? Il est important de déjà connaitre quels sont vos langages avant d’essayer de connaitre ceux d’une autre personne.  

Partagez cet article avec tous ceux que vous aimez.

Avec Amour,

Murielle

Comment gérer votre jalousie à l’égard d’une personne ?

Note aux lecteurs/lectrices : cet article s’adresse particulièrement à toutes les personnes qui veulent connaitre une avancée considérable dans leur vie. Si vous n’avez pas encore conscience de l’impact de la loi du Karma encore appelé loi de cause à effet ; Si vous vous refusez encore à accepter que la nature réagit aux vibrations que vous émettez, je vous prie tout simplement de refermer cet article et continuer paisiblement dans votre coma intellectuel.

Mais Dis-donc, Quelle entrée en matière !! La suite s’annonce croustillante 😋😋

Si vous entamez la lecture de ce second paragraphe, sachez que j’en suis ravie et je vous souhaite la bienvenue dans ce nouvel article. J’ose espérer que vous êtes en pleine forme et surtout que vous implémentez sans trop de difficultés votre plan d’action annuel. Si jamais vous avez un blocage en particulier, je suis disposée à discuter avec vous en privée. L’année 2019 doit être couronnée d’accomplissement pour vous et pour moi.

Pourquoi avoir choisi un sujet qui vous implique directement ? Parce que je me suis rendue compte que les astuces pour faire face à la jalousie des autres à notre égard pullulent de partout. Cependant , on parle très rarement de comment se conduire lorsqu’on est animé d’un sentiment de jalousie ; de comment reconnaitre qu’on est en train de manifester la jalousie à l’égard d’une personne  et enfin de comment se débarrasser de ce sentiment malsain.

Crédit photo : Pixabays

Vous savez, à la base tout le monde est jaloux. OUI, je dis bien tout le monde sans exception. Le petit hic se situe au niveau de la manifestation car tout le monde ne laisse pas exprimer ce sentiment. Il y a des personnes qui lorsqu’elles sentent monter ce sentiment, elles usent de tous les moyens en leur pouvoir pour l’étouffer. D’un autre côté, il y a des personnes qui ne se rendent même pas compte qu’elles sont animées par cette émotion et en arrivent même à le renier lorsqu’elles sont traitées de rabat-joie par leur entourage.

1) Qu’est ce que la jalousie ?

 Le dictionnaire Larousse définit la jalousie comme étant le dépit que l’on a de ne pas obtenir ou posséder ce qu’un autre obtient ou possède, comme la richesse, les succès, la gloire, les talents…etc. D’après Wikipédia , la jalousie est une émotion secondaire qui représente les pensées et les sentiments d’insécurité , de peur et d’anxiété concernant la perte anticipée ou pas d’un statut, d’un objet, ou d’un lien affectif ayant une importante valeur personnelle. La jalousie est un mélange d’émotions comme la colère, la tristesse, la frustration et le dégout.

2) Comment reconnaitre qu’on est jalou(x)se ?

Pour vous aider à identifier facilement ce sentiment en vous-même, nous allons illustrer quelques cas pratiques.

  • Vous êtes jalou(x)se d’une personne lorsque vous êtes constamment en train de faire le « tracking » de ses activités dans le but de les comparer avec les vôtres ; voire même de les reproduire dans votre vie.
  • Vous êtes jalou(x)se d’une personne lorsque vous vous surprenez à chaque fois à dire du mal d’elle ; à tenter toute action qui pourrait lui porter préjudice en public.
Exemple d’action causée par la jalousie
  • Vous  êtes jalou(x)se d’une personne lorsqu’elle vous compte ses victoires et vous ne pouvez-vous empêcher de lui lancer un regard mesquin accompagné d’un sourire hypocrite.
les flammes au dessus témoignent du mal-être intérieur ( mddrr)
  • Vous  êtes jalou(x)se d’une personne lorsque vous ne pouvez pas supporter qu’elle reçoive des compliments en votre présence. Vous vous débattez à chaque fois pour être le centre des attentions.
  • Vous êtes jalou(x)se d’une personne lorsque vous développez une agressivité non fondée à son endroit ; c’est-à-dire qu’a la moindre petite altercation vous vous emportez violemment.

3) Se débarrasser de ce sentiment : Comment ?

Se défaire de ce sentiment est un challenge permanent qui n’est remporté que par les personnes conscientes de l’impact négatif que cela peut avoir dans leur vie. Les choses dont nous faisons l’expérience au quotidien témoignent de l’état de notre Âme. Plus nous exprimons notre jalousie (qui est un sentiment qui dégage une onde négative), plus nous attirons des choses négatives sur nous (la malchance, les mauvaises personnes, les trahisons,…etc.).En d’autres termes la jalousie qu’on exprimes envers une personne n’a pas de conséquences graves sur la personne mais sur soi -même.

😂😂😂😂😂.


Nous avons recensé quelques astuces qui pourraient vous être utile dans cette démarche de désintoxication personnelle.

a) Soyez attenti(f)ve à vos émotions

 Tout se passe à l’intérieur de vous, vous devez être capable de vous écouter à chaque fois. Puisque, si vous n’arrivez pas à reconnaitre ce sentiment de jalousie, vous ne pourrez pas lui faire face. L’identifier pendant qu’il prend corps est la première étape et la plus importante.

b) Les Affirmations

Il s’agit d’un ensemble de phrases que vous pouvez regrouper et répéter de temps en temps lorsque vous sentez monter cette sensation. Ces phrases ont pour but de rééduquer votre subconscient à la vérité universelle qui stipule que vous êtes un être unique avec une mission unique à accomplir. Ce qui signifie que le déroulement de la vie d’une personne ne saurait en aucun cas être semblable au vôtre.

Exemple d’affirmations :

  • Je reçois actuellement tout ce qui m’appartient par droit Divin et je ne fais l’expérience d’aucun manque.
  • Ce qui s’accomplit actuellement dans la vie de mon ami(e), s’accomplit également dans ma vie de manière exponentielle car l’esprit Infini est équitable.
  • Tout individu est un maillon d’or dans la chaine de mon bien, par conséquent ses bénédictions sont également les miennes.

c) Canalisez vos cinq sens

Ce que vous voyez, entendez et écoutez à un impact sur la qualité des émotions qui vous animent. Il est recommandé de développer un cadre de vie sain, constitué des personnes avec lesquelles vous partagez les mêmes valeurs. Cela vous permettra de maintenir le bon état d’esprit pour résister à toute tentation. Veuillez à la qualité des films que vous regardez, les types de musiques que vous écoutez et même à la qualité des conversations auxquelles vous prenez part.

Crédit photo : Pixabay

d) Ayez une vision claire

« A moins que l’homme n’ait une vision claire, une terre promise vers laquelle convergent ses pensées, il périt. » Cela signifie que si vous n’occupez pas votre subconscient sainement c’est-à-dire par des choses qui contribueront à votre évolution personnelle ( le développement de votre projet professionnel, l’épanouissement de votre famille , la mise sur pied de cette idée révolutionnaire …etc). Forcément, vous l’occuperez par des choses malsaines comme (comment implémenter telle action pour empêcher mon ami(e) d’évoluer, comment détruire la vie d’un X qui m’aurait manqué le respect,…..etc) car le subconscient ne sait pas rester oisif . Il génère de façon permanente des pensées sur les sujets pour lesquels vous accordez un grand intérêt.

e) Agissez avec bon sens

Ce qui est bien c’est qu’il subsiste toujours en nous une dualité, une sorte de conflit entre le bien et le mal. Autant la jalousie vous consume et vous incite à poser des actions qui ne vous favorise pas, autant il y’a au fond de vous un sentiment d’amour qui reconnaît la malveillance dont vous vous apprêtez à faire preuve. Inversez la donne et agissez avec la tête (organe de la raison) qui vous rappelle les règles de bienséance plutôt qu’avec le coeur (organe émotif ) qui est embaumé de jalousie.

Pour avoir été soumise à cette tentation plusieurs fois, je sais à quel point ce sentiment peut être dévorant et incitatif. C’est pourquoi Je vous envoie une avalanche de Courage pour que vous puissiez vous lever et dire : JALOUSIE, ARRIERE DE MOI ! TU NE DICTERA POINT MA CONDUITE !

Tu as aimé cet article ? Partages – le avec tes ami(e)s

Les trois portes de la sagesse : Laquelle vous y mènera ?

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage. « Éclaire-moi sur le Sentier de la Vie » , demanda le Prince

« Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. »

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire « CHANGE LE MONDE ». « C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas. » Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant,

Mais l’apaisement du cœur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui résistèrent. Bien des années passèrent. Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ». « C’est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise ». Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire « CHANGE LES AUTRES ». « C’était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d’amertume et de frustration. » Et il s’insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent. 86

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » ;« J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ». « C’est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise ». Et il disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte où figurait ces mots « CHANGE TOI TOI-MÊME ». « Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il. Et il entama son troisième combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses

Imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Après bien des années de ce combat où il connut quelques succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « j’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas à briser. » « C’est bien, » dit le Sage. « Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de me battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise. » « C’est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d’aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. » Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la troisième porte et s’aperçut qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait « ACCEPTE-TOI TOI-MÊME. » le Prince s’étonna de ne pas avoir vu cette inscription lorsqu’il avait franchi la porte la première fois, dans l’autre sens. « Quand on combat on devient aveugle, se dit-il. » Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu’il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi-même, totalement, inconditionnellement. »

« C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la troisième porte. » À peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut « ACCEPTE LES AUTRES ». Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu’il avait aimées comme celles qu’il avait détestées. Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il s’était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux sage. « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » demanda ce dernier. J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement. » « C’est bien, dit le Vieux Sage. C’est la seconde Sagesse, tu peux franchir à nouveau la deuxième porte. » Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut « ACCEPTE LE MONDE ». Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C’était pourtant le même

Monde qu’autrefois. Était-ce le monde qui avait changé ou son regard ? Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » « J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n’est ni triste, ni gai. Il est là ; il existe ; c’est tout. Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en faisais. J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. » C’est la troisième Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde. » Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l’habita. « Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence.» Et le Vieil Homme disparut.

texte proposé par Françoise Laurent

Le Contrat et ses Conditions de Validité : Que dit la loi camerounaise ?

            Le contrat inonde la vie des hommes dans la société. Les individus passent au quotidien de nombreux contrats : pour se nourrir, se loger, se déplacer, se distraire, etc.

Par ailleurs le contrat accompagne les échanges commerciaux. C’est un outil essentiel  dans le monde des affaires. Il permet de nouer des relations entre les différents partenaires de l’entreprise. Mais que savons-nous réellement du contrat ? De ses conditions de validité

1) QU’EST-CE QUE LE CONTRAT ?

            De façon simple le contrat se présente aux yeux des profanes comme un document écrit légal qui matérialise un accord de volonté intervenu entre deux / plusieurs personnes physiques, (c’est-à-dire des individus qui peuplent la société) où morales telles que les entreprises, les mairies, les associations, les ONG, les entreprises parapubliques. En vue de réaliser un besoin ou d’atteindre un but précis. Ce but peut-être par exemple : la construction d’une maison, l’achat d’une maison, la location d’une maison, une demande d’abonnement au réseau électrique, etc.

            Mais pour les professionnels du droit, le contrat est définie par l’article 1101 du Code Civil comme : « une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose ». Le contrat est donc une source d’obligation (c’est un lien de droit de nature patrimoniale entre deux personnes, respectivement créancière et débitrice, par lequel l’une peut exiger de l’autre l’exécution d’une prestation ou une abstention.) A savoir : l’obligation de donner, exemple : l’obligation de livraison des marchandises dans le contrat de vente ; l’obligation de faire, exemple : l’obligation d’accomplir sa tâche dans le contrat de travail ; l’obligation de ne pas faire, exemple : l’obligation de non concurrence impose au salarié dans le contrat de travail.

            Mais pour qu’on puisse jouir des effets d’un contrat, il faudrait au préalable que ce dernier puisse remplir à toutes les conditions de validité prévues par la loi, notamment le Code Civil de 1804 applicable au Cameroun. Faute de quoi  le contrat pourrait se voir annulé par le tribunal.

2) QUELLES SONT LES CONDITIONS DE VALIDITE D’UN CONTRAT ?

Quatre (04) conditions, énumérées à l’article 1108 du Code civil, sont nécessaires à la validité d’un contrat: le consentement, la capacité, l’objet et la cause. Si l’une de ces conditions fait défaut, la nullité du contrat est encourue.

a) LE CONSENTEMENT DES PARTIES QUI S’OBLIGENT

           Le consentement est le fait de donner son accord. Mais il ne suffit pas que le consentement existe pour que le contrat soit valablement formé, il faut aussi qu’il soit libre et éclairé. Cela suppose de vérifier l’absence de vices du consentement tels que : l’erreur, le dol ou la violence, comme le précise l’article 1109 du Code civil.

Il faut distinguer le vice du consentement (il y a eu rencontre des volontés ; le consentement a été donné mais il a été vicié) de l’absence de consentement (il n’y a pas eu rencontre des volontés

b) LA CAPACITE DES PARTIES

     La partie contractante doit être capable, c’est-à-dire être titulaire de certains droits, et en mesure de les exercer. On distingue traditionnellement la capacité de jouissance (possibilité d’être titulaire de certains droits) et la capacité d’exercice (possibilité d’exercer soi-même les droits dont on est titulaire). Au Cameroun, le mineur de moins de 21 ans qui n’a pas été émancipé ne peut en principe contracter seul que pour des actes de la vie courante. La tutelle et la curatelle sont destinées à protéger des majeurs qui ne pourront effectuer seuls certains actes.

La tutelle crée une incapacité d’exercice générale : seul le tuteur désigné sera autorisé à intervenir à l’acte. Le majeur placé sous curatelle sera représenté de manière continue dans les actes de la vie civile.

La curatelle est un régime moins strict que la tutelle, puisque le majeur n’est pas hors d’état d’agir lui-même. Il a simplement besoin d’être conseillé ou contrôlé dans les actes de la vie civile.

c) L’OBJET DU CONTRAT

         L’objet du contrat est la prestation ou la chose sur laquelle porte le contrat. L’objet doit  exister ou être futur, être déterminé ou déterminable et licite c’est-à-dire qu’il doit être conforme à la loi.

d) LA CAUSE DU CONTRAT

         La cause du contrat est la raison pour laquelle les parties veulent contracter. Elle doit exister, être licite (la cause ne doit pas être contraire à la loi) et morale (elle ne doit pas être contraire aux bonne mœurs).

si aprés la lecture de cet article , vous avez des incomprehensions , n’hesitez surtout pas à entrer en contact avec nous via notre page facebook.

Alain Rodrigue NKONGA

Quitter le statut Quo : 5 solutions éfficaces à expérimenter

« S’il y a pas un problème, il y a une solution… » Bob Marley.

Le statut quo, cette posture éternelle qu’il est difficile (mais pas impossible) de quitter, est connu de beaucoup de personnes. Les solutions à ce problème sont nombreuses mais nous ne citerons que les plus pertinentes et surtout celles qui répondent aux causes les plus fréquente

1) Dompter sa peur

la peur

La peur est un sentiment naturel que l’on retrouve en chaque être humain. Elle se caractérise différemment mais a pour seule issue, la paralysie (physique ou mentale). La peur c’est ‘’ ce truc ‘’ là qui vous empêche d’avancer ou même de bouger face à telle ou telle situation. Elle est la principale cause du statut quo et l’on est obligé de la dompter.

Dompter la peur, nous n’oserons dire supprimer la peur parce que c’est une chose impossible. La peur est un sentiment naturel, ce qui revient à dire que l’on ne peut l’effacer à moins de devenir une machine. La peur est une énergie ,et la dompter signifie la transformer en une autre. Elle a toujours précédé le courage ou l’abnégation comme l’illustre l’adage « qui n’a pas peur, n’a pas de courage ».

Le plus important n’est pas de cacher ou encore moins d’oublier sa peur mais plutôt d’en faire une chose nouvelle : le courage. L’objectif est donc de ne pas s’arrêter à la peur comme la majorité des personnes dans cette posture mais de la traverser et la transformer.  Cet exercice constituera un grand pas dans le processus de suppression du statut quo.

2) Sortir de la zone de confort

zone de confort

La zone de confort c’est le jardin personnel, le mini paradis que l’on s’est construit avec ses moyens et sa situation actuelle. Elle peut être mentale ou physique. Une situation donnée est considérée comme la meilleure pour soi et du coup toute idée d’amélioration ou de changement est refusée. La zone de confort varie d’une personne à une autre mais la situation est la même : une satisfaction totale au vue de l’actuelle situation de la personne.

Sortir de cette zone est une chose difficile, surtout si l’on y est depuis un certain temps. Cela ne veut pas dire que c’est une chose impossible. Il y a un risque, celui d’entrer dans la zone de panique qui est normalement très éloignée. L’objectif est de quitter la zone de confort pour la zone d’apprentissage. C’est cette zone qui va contribuer à la construction de votre personne. Sortir de cette zone permet de quitter le statut quo et ainsi de s’améliorer et d’apprendre des nouvelles choses.

3) Apprendre … avec sagesse et discernement

sagesse.jpg

Apprendre, c’est développer son cerveau, l’enrichir de nouvelles connaissances. L’apprentissage se fait de plusieurs manières : à l’école, à la maison, dans la rue et même dans certains lieux insolites. L’apprentissage est ce qui contribue à la maturité mentale et aussi à la maturité physique. Le Soi grandit avec l’apprentissage et ce n’est pas sans conséquence positive.

Apprendre doit se faire dans une certaine sagesse et aussi un discernement. D’une manière simple, disons que l’apprentissage est une bonne chose mais elle doit être limitée. Toute chose n’est pas bonne à apprendre. Vous rejoindrez mon idée  si jez prennais l’exemple d’apprendre à faire du mal .

Le plus important dans l’apprentissage est de le faire avec sagesse c’est-à-dire n’assimiler que ce qui sera utile et surtout positif. Les connaissances antérieures doivent servir de repère dans ce sens.

4) Se faire confiance

se faire confiance.jpg

« Oublie tes peurs et aie confiance en toi. Tu peux plus que tu ne le penses ! ». C’est sans commentaire la phrase que toutes les personnes se trouvant dans une situation de statut quo aimeraient entendre afin de se décider. La confiance en soi est la base de toute chose. En effet, ce que l’on pense et dit de soi est très puissant. Elle peut construire ou détruire et elle est une question de volonté de soi-même.

La confiance en soi est une question de croyance. Pour arriver à ce stade chaque personne devrait croire en elle-même et miser sur sa personne. Aucune personne ne vous connait mieux que vous et cela est une force qu’il faut utiliser en sa faveur. Votre connaissance de vous-même devrait vous poussez à miser sur vous et ainsi permettre aux autres de le faire aussi.

Votre estime signifie que vous devez considérer votre ego sans toutefois passer dans l’exagération.

5) Etre réaliste et avancer

etre realiste.jpg

La réalité est ce qui se vit tous les jours. C’est le contraire du rêve et elle peut en être complètement différente. Quitter le statut quo nécessite une prise de position au vue de la réalité. Cette prise de position va normalement entrainer l’arrêt de cette utopie qui consiste à se satisfaire dans le statut quo.

Le but ici sera de se rendre à l’évidence que sa situation actuelle n’est pas la finale et qu’il est possible d’évoluer et faire avancer les choses. Il faudra donc prendre en considération les données du présent et d’en sortir une décision qui permettra d’avancer.

Loin d’avoir épuisé le sujet, nous espérons qu’à partir d’aujourd’hui vous ferez partis des personnes qui sont en constante évolution et le statut quo est un souvenir

By Joe Dez.

Voici les 05 raisons pour lesquelles votre vie n`évolue pas dans le sens souhaité

 « …quoique tu fasses, tu dois continuer à avancer ! » Martin Luther King

Le changement a toujours fasciné l’Homme, peu importe d’où celui-ci vient et qui il est. Avant d’évoquer les raisons que nous brandissons chaque jour pour justifier notre situation , il est important de rappeler que la nature humaine est complexe et cela rend parfois impossible la compréhension des mobiles de ses actes. L’Homme est d’un potentiel infini, mais ce potentiel n’est pas seulement utilisé à des fins positives. mais aussi pour justifier son immobilité dans une situation.  Nous en dénombrons plusieurs raisons mais nous parlerons des  cinq (05) principales :

1) La peur

IMG_20180620_193349_269

C’est un sentiment normal dans certaines situations. Elle est l’une des sensations les plus fortes et décisives dont nous disposons. La peur de l’échec mais aussi celle de l’inconnu. parfois  combiné à un autre sentiment sont les arguments avancés par plusieurs pour expliquer leur statisme.

La peur de l’échec est cette projection du ressentiment que l’on aura en cas d’absence du résultat escompté. Ici le regard des autres et le jugement de la société y sont pour beaucoup. On parlera en d’autre terme de la peur du rejet de la personne par son entourage.

La peur de l’inconnu vient à la suite ou presque au même moment que la précédente, mais elle découle simplement du fait que la personne ne maitrise pas ce dans quoi elle va s’engager. Elle est tout à fait naturelle et chaque personne a vécu et vit cette situation à un moment donné de sa vie.

2) Le faux confort

IMG_20180620_184345_012

Il est un confort aussi vrai que quand on est dans un fauteuil dans une de ses positions bizarres mais agréable (hihihi). La fausseté se trouve dans le fait que l’on arrive à se convaincre que la situation actuelle est plus que satisfaisante. Les partisans de la prudence diront qu’il n’est pas toujours prudent de vouloir avancer et ce à l’aveuglette. Ce faux confort est une résultante de la peur de l’inconnu ou du nouveau. L’on est dans une posture peu agréable sachant que la décision de changer peut conduire à un certain regret.

3) La mauvaise influence

IMG_20180620_184504_746

Il s’agit ici de votre entourage et principalement des personnes qui vous servent de guide. Chaque personne se construit en référence à telle ou telle autre. La mauvaise influence se caractérise par le fait que les personnes ressources n’accompagne pas convenablement leur mentoré que vous êtes. dans certains cas , un sentiment de jalousie peut naitre au sein de votre communauté sans que vous en ayez conscience. ce sentiment amènera donc les personnes qui ont une quelconque influence sur vous à modifier leur comportement à votre égard et à vous prodiguer des conseils ambigus sur le court , moyen et long terme.

4) Le manque de confiance en soi

IMG_20180620_184316_453

C’est un véritable problème qui pourrait constituer à lui seul un sujet de débat. Ce virus ne connait pas de limite. Il se caractérise par un doute absolu sur votre capacité à réaliser votre désir. vous vous retrouvez dans une sorte d’abime et n’ayant pas solution , le sentiment qui  vous domine à ce moment est celui d’incapacité et de faiblesse.

5) Le manque de moyens 

IMG_20180620_184242_291

Les moyens ici peuvent être  d’ordre matériels mais aussi financiers (l’argent , l’argent et encore l’argent). beaucoup d’entre vous diront qu’ il est essentiellement question de ces moyens car le financier achète le matériel.  Il devient donc trop  facile pour chacun d’imputer son manque de volonté à l’absence des moyens pour concrétiser telle ou telle autre chose.

Identifier les raisons d’un phénomène qui touche tout le monde conduit à modeler une réponse ou une solution. Si vous vous reconnaissez (ou un proche) dans l’une de ces raisons (ou même par curiosité), rendez-vous pour la seconde partie de notre article qui sera consacré aux solutions pour enfin quitter le statut quo

rédigé par Joé Dez.

L’histoire du garçon au sale caractère

Il était une fois, un garçon avait un sale caractère. son père lui donna son sachet de clous et lui dit d’en planter dans la barrière du jardin chaque fois qu’il perdrait patience et se disputerais avec quelqu’un.

Le premier jour il en planta 37 dans la barrière, les semaines suivantes il apprit à se contrôler et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour. IL avait découvert que c’était plus facile de se contrôler que de planter des clous.

Finalement arriva un jour ou il ne planta rien dans la barrière, alors il alla voir son père et lui dit que pour ce jour il n’avait planté aucun clou. Son père lui dit alors d’enlever chaque clou de la barrière pour chaque jour ou il n’aurait pas perdu patience.

Les jours passèrent et finalement le garçon alla dire à son père qu’il avait enlevé tout les clous de la barrière. le père  conduisit le fils devant la barrière et lui dit « mon fils tu t’es bien comporté mais regarde tout les trous qu’il y’a dans la barrière, elle ne sera plus jamais comme avant, quand tu te dispute avec quelqu’un et que tu lui dis quelque chose de méchant cette personne est approximativement dans cet état ».

Tu peux planter un couteau dans un homme et âpres le lui retirer, mais il restera toujours une blessure , peu importe combien de fois tu t’excuseras la blessure resteras.

Une blessure verbale fait aussi mal qu’une blessure physique, vos relations sont précieuses et je sais que vous  n’avez surtout pas envie de les fragiliser. Mais comment faire vu qu’il a des vérités choquantes qui doivent et  méritent d’être dites ?

Je vous propose la règle des 2/1 , elle explique  que si vous critiquez directement une personne , celle-ci se renfermera comme une huitre pour se protéger et prendra votre remarque comme une attaque personnelle , le préalable est donc de faire deux (02)  remarques positives ou deux (02)  compliments et ensuite de faire la remarque/critique.

Ces deux compliments vont ouvrir les oreilles de votre interlocuteur et le mettre dans une disposition positive. Du coup votre remarque sera prise comme une incitation à s’améliorer et non comme une critique stérile.

Appliquez cette astuce et n’oubliez pas de revenir partager votre expérience avec nous !